baka fic ♥ Index du Forum
baka fic ♥
Mes amis prenez votre plus belle plume, une pincée d'inspiration, et surtout un grain de folie, et ainsi naîtront vos plus beaux écrits, vos plus belles pensées, et nos plus beaux rêves....
 
baka fic ♥ Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

[FICTION]Une vie presque normale
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    baka fic ♥ Index du Forum -> baka fic ♥ -> Fictions -> Fiction de Weerwolf
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alex
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 2 706
Localisation: Vaud (Suisse)

MessagePosté le: Dim 30 Sep - 18:18 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Razz j'aime les ennuis ! suite !
_________________
"Et la brise légère souffla le vent d'un nouveau départ pour tous les bakas..."


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Sep - 18:18 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Weerwolf
Royaume noir
Royaume noir

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 1 147

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 12:54 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Je souris, levai ma main et pris le pommeu dans ma main et le relançai en direction de mon agresseur. Je le regardai droit dans les yeux et souris. Je saisis mon épée et il sortit la sienne.
- Enfin un vrai défi, lui lançais-je.
Je courai dans sa direction et quand nos épées s'entrechoquèrent il y eu des étincelles.Nous reculâmes. J'accourai de nouveau dans sa direction et il essaya de me faire une botte à la jmabe mais je l'évitai en sautant. Il essaya de m'en faire une au niveau du visage mais je l'évitai de nouveau mais en me baissant. Il voulu m'en faire une au niveau du torse mais celle-là je la parai et roulai sur ma droite en lui donnant un coup avec le plat de ma lame dans le genou.
- Zach ! cria-t-il Apporte lui une épée, prend en une pour toi et vient m'aider.
Zach s'ordonna, me donna l'épée et se mit à essayer de me désarmer. Je parai sans mal leurs attaques, je désarmai Zach et lançai mes deux épées en l'air. L'homme parraissait surpris.
- Voilà ma nouvelle botte, dis-je.
Je lui assenai alors un coup de pied qu'il évita mais ce qu'il n'avait pas prévu c'est que j'allai prendre appui sur lui. Je mis alors ma main sur son torse comme appui, il tomba à la renverse et je récupèrai mes deux épées. Juste au moment où il se relevait, je mis mes deux épées en ciseau sous sa gorge. Il me balança discrètement un couteau. Je fis la roue sur ma gauche et en me rétablissant lui envoyai mes deux épées que je suivis. Elles transpèrecèrent ses vêtements et se fichèrent dans le mur. Je lui assenai un coup de poing dans le ventre, pivotai et lui envoyai mon pied dans la figure. Je m'approchai de lui mais l'air siffla et un couteau se ficha juste à coté de sa tête.
- On mange ! cira une voix féminine.
- Bien joué me dit-il
- Oui, pour une fois, je t'ai vaincu.
Je détahcai le couteau et le rangeai dans ma poche.
- On arrive !
- Bien joué me dit l'homme en me donnant une claque dans le dos.
- Merci Pa !
_________________
Ce moment où tu t'es fait spoiler et que t'apprend que ton perso favori crève, t'as juste envie de tout péter et pleurer XD


Revenir en haut
Itafay
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2011
Messages: 3 161
Localisation: Nord

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 17:11 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

xD il a de sacrés parents
_________________
« L'écriture, toute écriture, reste une audace et un courage. Et représente un énorme travail. »



Revenir en haut
MSN
Azura
Royaume noir
Royaume noir

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2012
Messages: 1 682
Localisation: A côté du grand arbre vert,près du caillou gris

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 18:47 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Genre les parents ils laissent les gosses se taper sur la gueule xD
_________________
"L'Aube est rouge.Beaucoup de sang a du couler cette nuit" Legolas,Le Seigneur des Anneaux


Revenir en haut
Itafay
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2011
Messages: 3 161
Localisation: Nord

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 18:49 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Le père participe aussi xD
_________________
« L'écriture, toute écriture, reste une audace et un courage. Et représente un énorme travail. »



Revenir en haut
MSN
Weerwolf
Royaume noir
Royaume noir

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 1 147

MessagePosté le: Mar 27 Nov - 20:52 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Sweet
___________________________________
Une douzaine de personnes s'étaient réunies autour d'une table pour discuter de leur nouveau coup. Sarah Cortman, patronne de l'opération " New dawn" se tenait devant une assemblée d'homme et de femmes en costard Italien.
- Il faut agir, chers compatriotes, nous avons besoin de temps et il y a une taupe chez notre ami Laurent Creeder, dit-elle.
Laurent Creeder, patron d'une compagnie d'électronique et d'informatique, cheveux noirs corbeaux, se tenait fermement les mains, sous la pression qui régnait sur ses épaules, au moindre faux pas, elle le tuerai.
- Je suis au courant, Sarah, le problème va être réglé. Je vais envoyer des hommes demain matin, ils ne seront plus en vie à la fin de la matinée.
- Ils ? demanda-t-elle.
- Sa femme, lui et son gosse ... Je vais les liquider, la police croira a une fuite de gaz.
- Bien, dit-elle confiante, vous savez très bien que je ne dois avoir personne dans les roues. Je ne voudrai pas me salir les mains ... Notre employeur ne serait pas très content, lui et son humeur massacrante.
- Laisser le gosse tranquille, liquidez les autre, intervint un homme aux cheveux noirs, il n'est mêlé à rien, il ne sait rien ...
L'homme qui venait de parler avait pour nom de code "Hunter", un tueur à gages professionnel. Il comprenait la gravité de son acte mais resta impasssible, il avait de bonnes raisons de le garder en vie. Son visage ne changea pas d'expression, ni celui de Cortman. Les autres les regardait avec appréhension, appeuré qu'elle le tue pour son insolence.
- Hunter, dit-elle posément, tu m'as beaucoup aidé et je te dois cette faveur spéciale. Surtout que toi et lui vous vous connaissez enfin, je crois. Soit, laissez le gosse tranquille, si jamais ils s'en approchent, on sera sur nos gardes. Mais, Hunter, ne laisse pas tes sentiments pour ce gamin compromettre nos plans et surtout les tiens.
Le Russe hocha la tête en restant impassible et sortit de la pièce dans un silence sombre. Quand il fut sûr que personne ne pouvait le voir, il sourit. Il voulait qu'ils le gardent en vie et serait près à tout pour le protéger. S'il jamais il lui arrivait quoi que ce soit, il les tuerait de sang-froid.
                                                                                                        *
                                                                                                       * *
J'avais appris que mes parents avaient pris congé pour me voir, ce qui m'avait étonnement surpris. Nous soupâmes dans un silence macabre, je ne savais pas quoi leur dire et redoutait la moindre question de leur part. Je ne voulais pas en apprendre d'avantage et je montai me coucher de bonne heure. Le lendemain, je me réveillai vers 10 heures, je m'étirai et découvris un mot, écrit d'une police soignée et droite. Celui ci disait : " Nous sommes partis faire quelques courses, nous revenons vers midi." Des courses un dimanche ? Quels magasins étaient ouverts un dimanche ? Je ne me traquassai pas plus et descendis les escaliers pour me diriger vers la salle de bain. J'enclenchai la clinche et entrai, je me déshabillai et allumai le poste radio. Il diffusa les nouvelles du jour, rien de très intéressant. Je me mis sous la douche qui déversa des filets d'eau chaude qui me mirent dans un état second. La musique berça mes oreilles mais je n'avais pas plus envie que ça de me relaxer, j'avais un mauvais pressentiment. Je sortis, m'essuyai et m'habillai. J'allai dans le salon et sautai dans le fauteuil, je pris mon smartphone et regardait les nouvelle sur facebook, rien de neuf non plus. C'est comme si, les dimanches, la Terre tournait au ralenti et les gens aussi. L'heure du chois allait arriver et je me perdais dans mes pensées, tournant et partant à leur grès. Je n'entendis pas la porte claquer et fus surpris de voir mes parents arrivés beaucoup plus tôt que d'habitude. Je les regardai dans les yeux et baissai la tête.
- Bien dormi ? me demanda mon père poliment.
- Assez pour moi, dis-je.
- Tu as réfléchi pour notre proposition ?
- Oui.
- Et ?
- Je ne veux pas rejoindre l'armée, j'ai des amis et ma famille, vous ne pouvez pas comprendre ça.
- C'est pour ton bien que je te dis ça, si on veut t'envoyer là bas c'est qu'on a de bonnes raisons. Un jour, peut-être tu comprendras ...
- Non ! Je ne veux pas faire comme vous ! J'ai mes amis et je me fous des guerres. Je ne suis pas concerné ...
- Tu es plus concerné par certaines que tu ne peux le croire.
- Et puis quoi encore ? criais-je. Je vous hais !
Il partit sans demander son reste, je repensais à nos moments heureux passés ensemble. Le reste de la journée se déroula de la même manière. Je me réveillai le lendemain vers 6h, déjeunai et me mis en route pour l'école. Je marchai dans les rues de Londres, sous le brouillard habituel des grandes villes. Je me sentai suivi et donc j'accélérai le pas. J'arrivai à l'école sain et sauf. J'entrai dans la cour et m'assis sur un banc en me mettant à lire un ouvrage sur les serpents venimeux. Deux hommes en costard noir entrèrent er retinrent mon attention, ils avaient l'air de chercher quelqu'un. Ils m'apperçurent et s'avançèrent suivi d'une bonne centaine de paire d'yeux qui les suivaient du regard.
- Jérôme Mallard ? me demanda l'un deux.
- Lui même, répondis-je.
Ils se regardèrent et se hatèrent.
- Suis nous sans faire d'histoires, s'il te plait, il en vaux mieux pour ta peau.
Je les regardai incrédule. Qui étaient-ils ?
_________________
Ce moment où tu t'es fait spoiler et que t'apprend que ton perso favori crève, t'as juste envie de tout péter et pleurer XD


Revenir en haut
Alex
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 2 706
Localisation: Vaud (Suisse)

MessagePosté le: Mar 27 Nov - 20:58 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Cool Razz
_________________
"Et la brise légère souffla le vent d'un nouveau départ pour tous les bakas..."


Revenir en haut
MSN
Weerwolf
Royaume noir
Royaume noir

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 1 147

MessagePosté le: Mar 27 Nov - 21:01 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Je me base sur ça :

_________________
Ce moment où tu t'es fait spoiler et que t'apprend que ton perso favori crève, t'as juste envie de tout péter et pleurer XD


Revenir en haut
Alex
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 2 706
Localisation: Vaud (Suisse)

MessagePosté le: Mar 27 Nov - 21:07 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Yop ! Je vois.
_________________
"Et la brise légère souffla le vent d'un nouveau départ pour tous les bakas..."


Revenir en haut
MSN
Weerwolf
Royaume noir
Royaume noir

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 1 147

MessagePosté le: Mer 28 Nov - 21:29 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Sweet
__________________________________________
Sarah Cortman les regardait, les uns après les autres dans un silence de plomb.
- Il tiendra le coup, intervint une femme aux longs cheveux noirs, on ne peut pas lui en vouloir, il le connait personnellement, on ne peut rien y faire.
- Il faut espérer, soupira la patronne, nous avons besoin de lui. Lui et Dan ... Il va lui falloir du courage à ce gamin.
- Si jamais il veut la vérité, il viendra à nous, renrichit Kate Cortens.
Kate Cortens était elle aussi une tueuse à gage, tout comme Hunter. Elle se préoccupait vraiment de son collègue, elle savait entre lui et ce gamin.
-Triste histoire sa mère, à ce qu'il paraitrai, pensa-t-elle. Abbatue de sang-froid par son mari, par Hunter en toute logique. Enfin, c'est ce qu'on raconte.
La mère de Dan était morte, d'une balle de sniper ( AWP) dans le front sous les yeux de son fils âgé de 2 mois. Hunter avait alors donné son fils à des amis et ceux-ci, sous la recommandation de Hunter, avaient changé son nom et son prénom mais il gardait toujours le collier que son père lui avait offert : une réplique de dent de vélociraptor métalisée. Il protègerait coute que coute son fils, il l'aimait plus que tout au monde, c'est peut être sa dernière part d'humanité.
                                                                                                     *
                                                                                                   *   *
Je les regardai sans aucune peur, je devais absolument garder la tête froide. L'un deux laissa apparaître le canon muni d'un silencieux de son arme. Je mis ma veste et les suivai sans résistance. Au beau mileu de la cour, je m'arrêtai. Ils se retournèrent et je m'avançais à pas lents vers eux, ils ne bougèrent pas et lançai ma première parade dans le ventre du premier qui s'écroula sur le sol, les lèvres bleuies. J'assomai le deuxième d'un coup de poing dans le nez et j'entendis le cartilage se casser. Ils avaient été pris par surprise, rien à y faire, attaque fulgurante et sans merci. J'avais un mauvais pressentiment concernant mes parents, je vis dans les couloirs vitrés, des hommes en tenue de camouflage débarquer, armes au poing. Je m'approchai de Zac qui était encore sous le choc, ainsi que les autres élèves d'ailleurs.
- Passe les clés de ta moto, dis-je.
- Ramène la vivante, s'il te plait.
Il me les lança et j'enfourchai le véhicule, je sortis par les grilles de l'école en faisant un signe d'adieu aux soldats pour me diriger chez moi. Deux berlines noires de faction devant l'école démarrèrent et me suivirent jusque dans la circulation matinale tandis que moi je zigzaguai entre les voitures.
_________________
Ce moment où tu t'es fait spoiler et que t'apprend que ton perso favori crève, t'as juste envie de tout péter et pleurer XD


Revenir en haut
Alex
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 2 706
Localisation: Vaud (Suisse)

MessagePosté le: Mer 28 Nov - 21:56 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

C'est trop cool ! Vivement la suite !
_________________
"Et la brise légère souffla le vent d'un nouveau départ pour tous les bakas..."


Revenir en haut
MSN
Weerwolf
Royaume noir
Royaume noir

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 1 147

MessagePosté le: Jeu 29 Nov - 10:30 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Sweet
_________________________________________
Laurent Creeder venait de sortir de la salle de conférence sous les yeux confiants de ses congénères. Il prit son téléphone et composa le numéro d'un de ses tueur à gages.
- Tout est prêt ?
- Je les ai en visuel, lui répondit une voix rauque. J'attend vos ordres, Mr. Creeder.
- Le gamin est là ?
- Non, je ne le vois pas, lui répondit-il. Vous voulez que je m'en charge ?
- Non, gardez le en vie, il pourrait nous être utile, tuez les deux autres et posez la bombe. Je ne veux aucune trace, compris ?
- Comme vous voudrez.
Il raccrocha et sourit, son plan allait être mis à exécution et le monde entier sera à leur pied.
                                                                               *
                                                                            *    *
Les berlines me suivaient à la trace tandis que moi je zigzaguai entre les voitures en recevant des coups de klaxon féroce et quelques insultes. Les voitures s'écartaient au passage des deux véhicules, comme si ils les craignaient. Je sortis l'USP avec silencieux que j'avais ramassé sur les deux hommes auparravent. Je me retournai et tirai dans la vitre mais celle-ci, comme le reste de la voiture, était blindée. J'arrivai à un carrefour complètement vide, j'avais pris un chemin interdit pour travaux et ma demeure se trouvait un peu plus loin. Je m'arrêtai en plein milieu de la route, cerné de toute part, il y avait quatres voies et deux berlines chacune avec des hommes armés autour d'elles. Je les regardais avec impuissance.
- Rends-toi, Jérôme, cria un homme dans un microphone. Tu es cerné !
- Pas tout à fait !
J'inspectai mes munitions, dix balles pas plus, pas moins. Je fis vrombir le moteur et m'apprêtai à m'élancer.
- Ne fait pas quelque chose de stupide ! cria de nouveau l'homme. Vous autres, ne tirez pas !
Je réléchissai à toute allure, les imprévus pouvaient être nombreux, je devais calculer mon coup. Si je ratais ... Je vidai mon chargeur en tirant n'importe où devant moi et les hommes sautèrent au sol. Je m'élançai en weeling et je projetai tout mon poids comme si je sautais et attéris, toujours dans la même position sur le capot d'une berline. Une femme voulu m'attraper mais je lui lançai mon arme vide dans la figure, elle parut sonnée et je profitai de cette occasion pour me diriger chez moi. Je garai la moto dans les graviers la laissant s'écrouler et j'entrai en trombe dans la maison, j'ouvris un coffret et me muni d'une arme, un glock 19. Je me dirigeai vers le salon et je m'écroulai, tétanisé devant ce spectacle macabre. Je pris ma tête entre mes mains et pleurai. Je relevai les yeux et pris mon courage à deux mains. Je m'avançais vers les corps inertes assis dans le fauteuil. Je fus pris d'une rage intense et découvrai la raison de la mort, deux balles chacun dans la nuque. Ils avaient été pris en traître. Pris lâchement. Je les pris dans mes bras et pleurai la mort de mes parents. J'hurlai à la mort, pleurai à perdre la raison et bouillonai d'une rage intense envers ceux qui leur ont fait ça. Je découvris un mot sur la table en verre du living je l'ouvris et le déchirai en morceau. Il y était écrit en lettre capitale : "JE SUIS DESOLE".  Des voitures se garèrent dans les graviers devant la facade de ma maison, je fus happé et plaqué vers le sol. On me mit les menottes et me fis avancer dans le couloir.
- Je suis désolé, dit-une voix d'homme derrière mon dos. Toute mes condoléances, Jérôme.
Il m'emmena dehors et je vis des hommes armés m'attendre. Il m'enleva les menottes et je m'écroulai au sol.
- Je vais tous vous tuer, l'un après l'autre et je m'en prendrai à vos familles, je vous tuerai tous ! criais-je.
Une femme au long cheveux blonds, vingts ans tout au plus, vint s'agenouiller à côté de moi.
- Ce n'est pas de notre faute, dit-elle avec une voix maternelle. Tu auras ta vengeance, mais chaque chose en son temps.
Elle me releva et me conduit derrière les voitures quand soudain une détonation se fit entendre et elle me plaqua au sol. Elle me releva et je regardai le spectacle avec effroi, ma maison venait de partir en fumée. Il ne restait rien du tout.
- Je n'ai plus rien, plus de parents, plus de toit, plus rien ! Je n'ai jamais eu d'autres personnes sur qui compter qu'eux ! Je n'ai pas d'autre famille ! J'ai tout perdu !
On me releva et me présenta à un homme en costard gris, assez vieux, les yeux bleus, les cheveux gris et quelque peu ridé.
- Alan Blunt, annonça-t-il. MI6, content de te rencontrer Jérôme. On m'a beaucoup parler de toi, toutes mes condoléances.
                                                                                   *
                                                                                *    *
Hunter sourit et télphona à Creeder.
- Alors ? demanda-t-il.
- C'est fait, ils sont morts sauf le gamin comme tu l'a demandé.
Il raccrocha et monta dans sa voiture. Il était temps de le surveiller.
_________________
Ce moment où tu t'es fait spoiler et que t'apprend que ton perso favori crève, t'as juste envie de tout péter et pleurer XD


Revenir en haut
Alex
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 2 706
Localisation: Vaud (Suisse)

MessagePosté le: Jeu 29 Nov - 13:21 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

J'ai pas le temps de lire maintenant mais je m'en occupe cet après-midi Okay
_________________
"Et la brise légère souffla le vent d'un nouveau départ pour tous les bakas..."


Revenir en haut
MSN
Itafay
Général
Général

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2011
Messages: 3 161
Localisation: Nord

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 17:13 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

Yeah sympa  tout plein même si c'est triste.
_________________
« L'écriture, toute écriture, reste une audace et un courage. Et représente un énorme travail. »



Revenir en haut
MSN
Weerwolf
Royaume noir
Royaume noir

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 1 147

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 17:35 (2012)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale Répondre en citant

J'étais dans le bureau du certain Alan Blunt, dans un bâtiment qui serait à la vue de tous, une banque. La Banque Royale et Générale à Liverpool Street n'est qu'en fait, le quartier général du MI6. Bien sûr, si on voulait s'adresser à cette banque, elle existait et avait des comptes en banque mais les étage au dessus du hall d'entré étaient le bureau des Forces Spéciales. Il me présenta du thé et des gateaux mais je refusai. Durant le voyage me menant ici, je m'étais questionné sur certaines choses et me rendait compte d'autres choses. Je le regardais d'un regard froid, je paraissais ininterressé par la situation mais pourta
- Qui êtes-vous ? balbutiais-je.
- Je te l'ai dit, nous sommes du MI6, nous sommes avec toi.
- Vous êtes genre des ... James Bond ?
- Sans les 00 et tout le tralala.
- Vous savez qui les a abattu ?
- Oui, dit-il froidement.
Il ne sortait aucune émotions de ses traits de visage.
- Vous allez me le dire ?
- Non, tu ne dois pas savoir ça pour le moment.
- Pourquoi ? criais-je. Je les aimais ! Ils étaient ma seule famille ! Je veux tuer celui qui a fait ça. Mais, étaient-ils vraiment ce que je crois ?
- Pour le bien du service, ils ont dû te mentir et ça leur à fait de la peine, beaucoup de peine. Oui, Jérôme, ils étaient des espions sur le terrain. Ils étaient nos meilleurs agents, ils ont été tués lâchement.
- Sur quoi travaillaient-ils ?
- Top secret, tu comprendras. Jérôme, nous avons besoin d'un nouvel agent qui puissent infiltrer la compagnie de tes parents. Tu es l'agent idéal, ton âge te faciliteras ta tâche.
- Je ne suis pas prêt pour ça, je ne suis pas formé et je suis encore moins un espion.
Il prit sur son bureau une télécommande et appuya sur un bouton, un téléviseur HD sortit comme par magie du mur.
- Tu crois ? me dit-il sèchement.
Il appuya sur un bouton rouge et des images défilères, je les reconnu immédiatement : la course poursuite dans Londres et la baguarre à l'école. Je revoyais les visages médusés des élèves et j'apperçus mon regard, un regard froid, dénudé d'émotion.
- Tu es parfait au corps à corps, tu sait viser juste.
- J'ai appris, dis-je.
- Tu as fait de l'escalade, de la plongée, du parachutisme, de l'escrimes, des cours particuliers de conduite, des baptèmes de l'air, du cheval et j'en passe.
- C'était moi ! C'était pour mon plaisir ! affirmais-je.
- Rends toi à l'évidence, tes parents t'on formés ! Ils voulaient que tu deviennes comme eux.
Des photos défilèrent, j'etais en compagnie de mes parents sur les sommets enneigés du Kilimanjaro. On nous voyait souriant, ma vie était basé sur un mensonge.
- Ils t'ont entrainés à manier les armes, contruire des pièges et des armes improvisées, vous vous battiez pour vous entraîner. Ils t'ont formés Jérôme, ils t'ont formés.
Ses mots résonnèrent dans ma tête comme une sentence de mort, j'étais en sueur, je voyais la pièce se tordre de partout, le visage de Blunt se transformait en horrible rictus.
- Jérôme ? dit-il en venant près de moi. Infirmière !
Une femme entra dans le bureau et m'examina.
- Il fait une crise d'hyperventilation, il est sous le choc.
- Respire calmement Jérôme !
- On le perd !
- Reste avec nous Jérôme !
Je voyais les visages de mes parents, je voulais crier, hurler, pleurer mais je sombrai dans un noir absolu, sans sons, sans personnes. Je mourrai ...
_________________
Ce moment où tu t'es fait spoiler et que t'apprend que ton perso favori crève, t'as juste envie de tout péter et pleurer XD


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:29 (2017)    Sujet du message: [FICTION]Une vie presque normale

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    baka fic ♥ Index du Forum -> baka fic ♥ -> Fictions -> Fiction de Weerwolf Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 3 sur 5

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom